Chez Edgar Oberkampf

Chez Edgar Oberkampf

 

 

Bienvenus Chez Edgar Oberkampf, votre bistrot de quartier au coeur du 11ème arrondissement de Paris, à quelques pas du Métro Oberkampf, du Bataclan et du Cirque d’Hiver.
Votre cantine à midi, votre bar / comptoir le soir, votre brunch le dimanche, Edgar vous accueille toute la semaine !

Horaires d’ouvertures
Du mardi au mercredi : 12h00/14h30 – 18h00/22h00
Du jeudi au vendredi : 12h00/14h30 – 18h00/00h00
Samedi : 18h00/00h00
Dimanche : 12h00/15h00 (Edgar a fait une petite pause, le brunch est de retour le 7 octobre)

CHEZ EDGAR OBERKAMPF
17 rue Oberkampf
75011 PARIS
Tél. : 01 43 38 46 68
contact@chezedgar-oberkampf.com

Publicités

Edgar vous reçoit pour vos anniversaire, mariage, PACS, teambuilding et même tournage…

Privatisation

Depuis 2 ans, Edgar a eu le plaisir de recevoir de nombreux invités pour des moments festifs et joyeux.

En format cocktail avec un buffet sur mesure ou pour un repas assis imaginé avec vous, Edgar vous propose une formule personnalisée, à votre image et correspondant à votre budget.

Important : selon le format et le jour, à partir de 15 à 18 personnes nous sommes obligés de privatiser le restaurant, n’hésitez pas à nous appeler pour créer votre événement sur mesure.

 

Le brunch

Chez Edgar Oberkampf

Le dimanche, de 12h à 15h, Edgar donne tout pour le brunch, il installe tout sur le comptoir et vous disposez ! Au menu…

Buffet :
Tartes et cakes salés
Salades composées, fraîches et de saison
Plateau de charcuteries
Plateau de fromages
Gâteaux maison
Fromages blanc
Salade de fruits frais maison
Granola maison
Confitures et Nutella

2 oeufs au plat :
Sur demande, avec ou sans bacon

Boisson chaude :
Thé, café, chocolat chaud…

1 jus d’orange frais
22€ par personne / 12€ pour les enfants

 

Carte du soir

Chez Edgar Oberkampf

Le soir, Edgar vous propose une sélection de charcuteries, fromages et tapas choisis avec soin (quand il faut tester, vous vous doutez qu’on ne se fait pas prier !!)/

L’apéro du mardi au samedi :
Charcuteries ibériques & françaises Bellota Bellota & autres
Fromages Marie Quatrehomme & Beillevaire
Assiettes d’Edgar de 4 et 12€ selon approvisionnement : minis sardines à l’huile, brut de tarama, Saucisse sèche mini fayet, Burratina, poivrons grillés, saumon fumé & blinis…
Planches charcuteries/fromages/mixtes : petite 10€ / grande 18€

L’happy hour
Cocktails : 6,50€
Cocktails sans alcool : 5€
Pinte de bière : 5€

A la carte le vendredi et samedi soir
En fin de semaine, le fourneau reste allumé et Edgar vous propose également des plats chauds.
Pièce de boeuf, cheeseburger, poisson du moment sont des incontournables.

 

 

Formules déjeuner

Chez Edgar Oberkampf

Pour le déjeuner, Edgar vous mijote des petits plats avec amour et des produits de saison !

En ce moment, les beaux jours nous amènent des asperges, des petits-pois, les premières fraises, et certaines variétés de pommes…

Les formules déjeuner : 3 formules pour toutes les faims !
– Entrée + Dessert + Café : 13,00€
– Entrée + Plat + Café ou Plat + Dessert + Café : 15,50€
– Entrée + Plat + Dessert + Café : 18,50€

 

 

L’été d’Edgar

L'aventure Edgar

Comme vous avez pu le constater, Edgar a mis un peu en stand by les articles sur le projet pour ne pas perturber l’acquisition de THE affaire repérée il y a quelques semaines après 1 an de recherches. Mais rassurez-vous, quand l’affaire sera totalement réglée, Edgar reviendra sur les différentes étapes, les intervenants, leur rôle, les choses auxquelles penser et les pièges à éviter.

La signature de promesse a été très laborieuse et particulièrement stressante : aller vite, ménager les susceptibilités de chacun, négocier, lâcher du leste… Bref, pas une chose aisée, mais toutes les signatures étaient apposées en bas du document fin juillet !

Puis le gros chantier du financement a commencé, Edgar travaille avec un courtier avec qui il a monté un dossier complet pour les banques, autant vous dire, désormais il sait absolument tout de nos vies !
Deux rdv avec deux banques différentes sont programmés. Edgar bachote le dossier et se fera beau pour que messieurs les banquiers croient en lui et débloquent les fonds nécessaires.

Pendant que le courtier travaille, Edgar travaille également. Il fait le chef chez Mathieu son copain de formation et propriétaire du Baromaîtres dans le 12ème. Des service dans les conditions du réel, préparation, mise en place, envoi, nettoyage… Edgar est plutôt content de lui parce qu’il a pas trop mal assuré et qu’il se sent quasi prêt pour en faire autant dans son établissement !

Et puis entre 2 missions en cuisine, Edgar a quand même pris quelques jours de vacances en famille, direction le sud parce qu’il avait besoin de photosynthétiser. Et il en a profité pour faire quelques découvertes gourmandes :
LaPaleteria_©epat– Découvrir La Paleteria, sur l’île Saint Louis à Paris.
Je n’ai jamais compris le succès des glaces Berthillon où tous les touristes font la queue pour 2 boules de glace, certes très bonnes, mais pas non plus les meilleures de la terre ! Alors en balade sur l’île Saint Louis, Edgar a croisé la Paleteria, un glacier un peu atypique, vous connaissez les glaces à l’eau et au sirop, hyper rafraichissantes en été ? Et bien, prenez la même chose avec du fruit frais et des recettes originales ! Franchement, ça vaut bien 2 boules vanille chez le voisin !

– Rencontrer un super producteur d’huile d’olive situé à Grasse : l’huilerie de Sainte Anne.
Un petit bijou situé à Grasse qui travaille avec des olives de la région (pas comme certaines autres grandes adresses du coin) et propose plusieurs « fruités », vous y trouverez certainement votre bonheur. Edgar a choisi la S de Sainte Anne, un fruité vert doux et ardent en fin de bouche. Assemblages d’Aglandau, Picholine, Bouteillan et Verdale venant des Bouches du Rhône. Un délice sur des tomates bien mûres.

– Déguster un divin blanc du Mas Daumas Gassac qu’il a très envie de mettre à sa carte !
Un délicieux Languedoc composé de Petit Masseng, Viognier, Chardonnay, Chenin et de cépages plus « exotiques » comme le Neherleschol (Israël), le Sercial de Madère (Portugal), le Khondorni, Tchilar (Arménie), ou le Falanghina, le Fiano et le Grechetto todi (Italie).…  Très floral et fruité (fruits à chair blanche et jaune), on a l’impression de croquer directement dans le raisin. A servir frais mais surtout pas glacé.

– S’entrainer à la béarnaise pour la côte de boeuf au barbecue…
Deux petits conseils pour une béarnaise réussie : surtout, ne pas lésiner sur l’échalote et l’estragon lorsque l’on prépare une grande quantité de sauce, et puis si vous êtes en train de perdre vos sauce (souvent à cause d’un environnement trop chaud), utilisez un jaune d’œuf et du beurre bien frais dans une nouvelle casserole et versez au fur et à mesure la sauce à rattraper.

– Faire quelques emplettes chez Fragonard, mon dieu, que tout est beau et sent divinement bon dans cet antre du parfum !
La visite de « l’usine » ne présente que très peu d’intérêt, mais la boutique est à se damner pour des petits cadeaux ou juste pour se faire plaisir ! Leurs produits à la fleur d’oranger sont irrésistibles.

– Découvrir l’escalivade.
Une entrée typiquement catalane composée de lamelles de légumes cuits au four et assaisonnés d’huile d’olive, de sel et de poivre. Courgettes, aubergines, poivrons, tomates, oignons… Pas loin des antipasti italiens, mais en moins gras et en plus frais. A servir en accompagnement de vos grillades de viandes ou de poissons.

Boire et reboire peaufiner la recette quelques Spritz.
4cl de Campari ou d’Aperol
6cl de prosecco, un vin blanc effervescent italien
2cl de San Pellegrino, techniquement le Perrier fonctionne mais c’est pécher !
Ils sont malins chez Aperol, ils mettent carrément la recette sur la bouteille. En tout cas, il faut servir bien frais avec une tranche d’orange.

– Manger dans l’un des meilleurs italiens de la Côte d’Azur !
Le Cararocca, situé en bord de mer à Cagnes-sur-Mer, a ouvert en juin et à juger par les 9 pages de commentaires positifs sur TripAdvisor, Edgar n’est pas le seul à avoir craqué pour ses Rigatoni alla Siciliana, ses Casarecce aux Gambas ou ses Saltimboca.
Pâtes cuites al dente, assaisonnements réussis, cuisson des fruits de mer maîtrisée… En revanche, préparez-vous, les portions sont ARCHI généreuses, Edgar n’aimant pas gâcher a mangé tout son gratin de rigatoni mais n’a donc pas pris de dessert alors qu’ils lui mettaient l’eau à la bouche !

– Réaliser son premier aïoli.
Finalement, à part cette mayonnaise à l’ail et l’huile d’olive, c’est un plat plutôt sain, non ? Et bien oui, quoi, poisson au bouillon et légumes vapeur… Bon, ok, les 2 cuillères à soupe d’aïoli qui vont avec plombent la note !
Et puis, qui dit aïoli dit aïl… Quand il le proposera à la carte, Edgar devra y aller molo sur le nombre de gousses ! La recette en préconisait 6, Edgar en a mis 4, et, comment dire… Edgar le savoure encore aujourd’hui ! Mais Dieu que c’est bon !

Et vous, vous avez goûté à quoi cet été ?

Les vendredi du vigneron, votre meilleure expérience oenogastronomique !

L'aventure Edgar

Vendredi dernier j’ai eu le plaisir de participer à l’un des déjeuners de vigneron organisés par Philippe Faure-Brac, meilleur sommelier du monde 92, dans son restaurant Le Bistrot du Sommelier.
Je vous vois derrière votre écran, « houlà, faut s’y connaître pour apprécier ! ». Que nenni ! J’ai passé un excellent moment, simple, généreux et hyper instructif !

Le rendez-vous est pris à 12h30 au Bistrot… Bien entendu, je suis à la bourre…
Je rejoins les autres participants déjà installés dans la cave du restaurant. Philippe Faure-Brac, maîtrise l’art de recevoir avec bienveillance et simplicité. Il me tend un verre de Bouzeron 2014 du vigneron du jour, Pierre de Benoist du Domaine de Villaine. Vif et fruité comme le veut l’Aligoté, il affiche également beaucoup de finesse et une certaine rondeur propres au terroir des coteaux de l’appellation
Le vigneron raconte son domaine, ses vins, mais pas seulement. Avec les participants, experts, amateurs ou totalement débutants, il échange également sur d’autres sujets ; la viticulture en général, les évolutions, la biodynamie, les anecdotes du domaine, le travail d’autres vignerons remarquables… La dégustation n’est pas technique mais plus sensorielle donc bien plus abordable pour tous.
On déguste un second vin, Bouzeron 2010, avec les années ce vin perd en fruit mais gagne en matière, plus ciselé, et toujours beaucoup de fraicheur.

Nous sommes invités à passer à table, dans un salon privé à côté de la cave, sur une grande table d’hôtes dressée avec soin.
Le menu a été élaboré en équipe avec le chef Guillaume Saluel. Généralement, Philippe Faure-Brac choisit le vigneron selon ses rencontres, les recommandations… Il reçoit ensuite les vins en début de semaine. Toute l’équipe du restaurant participe à la sélection des vins présentés le vendredi. Dégustations, échanges, commentaires… une fois les vins choisis le chef, sa brigade et Philippe élaborent un menu mettant en valeur les nectars sélectionnés. Et ce, avec brio !

Ce jour là, nous avons eu le plaisir de déguster 3 autres vins du Domaine de Villaine avec un menu créé sur mesure.
Entrée : un Bourgogne Côte Chalonnaise « Les Clous Aimé » 2013 servi sur une terrine de foies de volaille, crevettes et sauge. Très expressif, le vin a, au nez, de belles notes de fleurs blanches. En bouche, le gras apporte de la rondeur et l’acidité une belle finale fraîche. Extrêmement parfumée, l’entrée répondait parfaitement au vin. Une association idéale !

Plat : le Bourgogne Côte Chalonnaise rouge « La Digoine » 2014 était proposé avec un pigeon fermier rôti servi tout juste rosé avec un jus à la moutarde violette et des baies de cassis et accompagné d’un bulbe de fenouil fondant. Ce Pinot Noir aux tanins élégants est cultivé en pied de coteau avec, pour la petite histoire, des cerisiers à quelques mètres dont on retrouve les arômes à la dégustation.

Dessert : j’ai découvert un sublime Santenay 1er Cru « Passetemps » 2012 fruité aux tanins souples et tendres. Ses notes de fruits rouges accompagnaient parfaitement une salade de fruits rouges et son granité ultra frais.

Petite mention spéciale pour le pain servi à table, il faut que je leur demande qui est leur fournisseur ! Une croute épaisse archi croustillante et une mie extra moelleuse avec un vrai goût céréalier. Je n’imagine même pas la tuerie que ça doit être avec un bon beurre salé bien frais !

Philippe Faure-Brac, a beau être une star dans le milieu du vin, il reçoit autour de lui comme si vous faisiez partie de la bande. Moi qui étais venue seule, j’avais un peu peur de regarder cette dégustation comme un spectacle, loin de là. Tout au long du repas, les échanges allaient bon train, on ne se concentrait pas que sur l’analyse des vins ou la décortication du repas, une vraie table d’hôtes où chacun y allait de son anecdote. Sans tous se connaître, on a passé un excellent moment !

Les déjeuners et dîners de vignerons se tiennent tous les vendredi (sauf en période de vacances scolaires). Le programme des rencontres est terminé pour cette année, Philippe Faure-Brac travaille sur celui de la rentrée à retrouver bientôt sur le site du restaurant. Inscrivez-vous, c’est clairement la meilleure façon d’entamer le week-end !

En dehors de ces rencontres un peu exceptionnelles, le restaurant est également une bonne adresse pour un repas d’affaires ou un tête à tête amoureux. Toute l’équipe fait preuve de la même bienveillance que le patron. La nouvelle carte vient d’arriver et si elle est à l’image du menu que j’ai eu la chance de déguster, autant vous dire que vous vous régalerez ! Et je n’ose même pas aborder la question des vins !

Le Bistrot du Sommelier
97 Boulevard Haussmann 75008 Paris
Tél: +33 1 42 65 24 85
Contact réservation : bistrotdusommelier@orange.fr
Site internet : http://www.bistrotdusommelier.com

Vendredis du vigneron :
Déjeuner – 50€
12h30 à 13h00 dégustation
13h00 repas (Entrée, plat & dessert).
Dîner – 75€
20h00 à 20h30 dégustation
20h30 dîner en cinq accords.
Places limitées. Réservation nécessaire.

Domaine de Villaine
2, rue de la Fontaine
71150 Bouzeron
Tél : +33 3 85 91 20 50
Fax : +33 3 85 87 04 10

L’entrepreneuriat, les montagnes russes émotionnelles

L'aventure Edgar

Edgar n’est pas très bavard ces derniers temps, il fatigue un peu…
Malgré les rendez-vous, les formations, les rencontres, les documents rédigés, les visites… Edgar a l’impression de stagner, voire même de régresser.

« Mais non ! » me direz-vous, « Regarde donc tout ce qu’il a accompli en un an ». Je vais l’écrire là pour qu’il s’en rende compte :

  • 6 semaines de formation cuisine à L’atelier des Chefs,
  • des missions super intéressantes de commis sur des événements & salons avec des chefs archi compétents et des marques très sympas,
  • un suivi de projet par un organisme que je recommande à tous les entrepreneurs : BGE ADIL,
  • des rendez-vous déprimants avec Paul de Pôle Emploi,
  • des recherches d’études de marché de la restauration en France et à Paris en particulier (merci le Gira Conseil),
  • une formation hygiène alimentaire et permis d’exploitation,
  • un business plan rédigé et modifié 12 fois,
  • des fiches techniques complétées,
  • des rencontres et associations avec des professionnels de la profession, merci Maître Rodriguez pour le juridique au poil et la M. Decoene pour la compta bienveillante,
  • beaucoup de conseils, contacts et soutien de notre entourage,
  • des tonnes d’heures passées sur les sites d’immobilier commercial et avec les agents immo,
  • une soixantaine d’annonces reçues,
  • une vingtaine de lieux présélectionnés et visités,
  • une dizaine shortlistés,
  • 3 offres déposées et autant de déconvenues…

MiaFloC’est sur ces derniers points qu’Edgar fatigue… En effet, trouver LE fond de commerce relève du parcours du combattant !
Quand certains agents vous envoient des annonces loin, trèèèès loin, de vos critères (un kebab de 12 places assises ? non, merci, non), d’autres essaient de vous survendre une affaire qui, sur le papier, semble idéale mais en creusant un peu (grâce à nos super partenaires) s’avère être une planche pourrie…

Tel un roseau, Edgar plie mais ne rompt pas ! Quelques jours pour arrêter d’y penser… Et dire à tout notre entourage que la dernière affaire n’en était pas une ! Et Edgar se remet en scelle.
Alors voilà, à tous ceux qui nous lisent, Edgar est toujours sur le coup, un peu fatigué mais il y croit. C’est vrai, on l’avait prévenu, il faut beaaaaucoup de temps pour trouver l’affaire idéale. On croise les doigts pour notre prochaine visite de vendredi !

En tout cas, merci pour vos encouragements, vos marques d’intérêt, votre enthousiasme, vos conseils, ne lâchez rien vous non plus, on en a besoin !

i-Chef, un cours de cuisine avec un vrai chef, en direct dans votre cuisine !

L'aventure Edgar

Il ne vous a pas échappé que j’étais plutôt sensible à ce que L’atelier des Chefs a pu créer pour remettre les français aux fourneaux… En 12 ans, l’entreprise a démocratisé les cours de cuisine pour particuliers, et professionnels d’ailleurs. Simples, rapides, et plein de conseils pratiques, la gastronomie abordable et à portée de tous.
L’atelier des Chefs est allé plus loin encore en imaginant des sessions de formation plus poussée pour se perfectionner en pâtisserie ou cuisine traditionnelle par exemple.
Et je ne vous présente plus leurs formations professionnelles pour les personnes, comme moi, qui souhaitent se reconvertir.
Désormais, grâce à i-chef, L’atelier des Chefs vient vous donner tous ces bons conseils en direct, dans VOTRE cuisine ! C’est pas génial ça ? Un vrai cours de cuisine avec un vrai chef, chez vous, en live !

4 soirs par semaine, à 19h00, Cathleen, la chef connectée, allume sa tablette et ses fourneaux… De l’autre côté de l’écran, devant leur ordinateur, des centaines d’abonnés en font autant, dans leur cuisine.
Et c’est ainsi que commence le cours ! A l’image de tous les cours de cuisine de L’atelier des Chefs, l’accent est mis sur l’échange et les conseils pratiques. Comme dans un atelier, la chef déroule la recette en même temps que les internautes qui cuisinent ainsi leur repas du soir. C’est assez fou !

Pour bien préparer la recette, l’abonné choisit le (ou les) cours qu’il veut suivre. Chaque jour une nouvelle recette. Il accède ainsi à la liste des ingrédients pour faire les courses en amont. Le jour J, il est fortement conseillé de faire sa mise en place (comme au restaurant) pour être tout à fait prêt à suivre les conseils de la chef.

A 19h00, Cathleen commence à cuisiner et réalise chaque étape en détaillant ses astuces et gestes simples. Un système de tchat sur la page permet à l’abonné de poser ses questions. La chef les retrouve sur sa tablette et y répond à voix haute.

J’ai eu le plaisir de tester une recette de saumon poché à la sauce rhubarbe aigre douce. Outre le fait que ce soit un régal, c’est surtout une super expérience !
Comme conseillé j’ai lu la recette avant et préparé mes ingrédients et ustensiles pour être totalement en phase. Dans ma mini cuisine et avec mes 2 feux, cette mise en place était d’autant plus nécessaire ! Mais grâce au service de livraison de produits frais sur mesure CookOnly, cette première étape s’est faite simplement ! Et puis, rassurez-vous, quand on a loupé une étape, il suffit d’utiliser le tchat pour se mettre à jour. Ou au pire, il y a carrément le replay ! Avec l’abonnement on a accès à près de 1 000 replays en illimité !

En ligne et dans ma cuisine, la recette se déroule très simplement, la chef la détaille par grandes étapes : découpes des légumes pour la garniture aromatiques, préparation du bouillon, pochage du saumon, épluchage de la rhubarbe, compotée, préparation de la garniture… On comprend où va la recette et à quoi sert chaque étape.
Environ 40 minutes plus tard, la recette touche à sa fin, les ingrédients sont prêts, il n’y a plus qu’à dresser et déguster ! Le saumon est cuit parfaitement, tout comme la courgette jaune, et la compotée à la rhubarbe vient relever le tout avec douceur.
Petit plus : le site conseille même quel vin boire pour accompagner votre plat !

J’ai testé plus tard, avec le replay, une recette de Satay de volaille avec une sauce coco et cacahuète. Même constat, gestes simples et résultat archi convaincant. C’est un service génial pour ceux qui n’ont pas d’atelier dans leur coin ou peu de temps pour y assister.

Pour vous inscrire c’est par ici :
www.i-chef.fr
1 mois renouvelable sans engagement : 9,90€
Pack 6 mois : 54,90 €
Pack 1 an : 99,90€

Testez, le premier mois est gratuit en ce moment, et vous me raconterez !

MB

Enregistrer